Archive

Archive for février 2008

Un front laïque conteste le président du Mrax

L’historienne Anne Morelli critique l’engagement musulman de Radouane Bouhlal au sein du Mouvement antiraciste.

Le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (Mrax) est à nouveau dans la tourmente… Une assemblée générale extraordinaire est convoquée, ce samedi, sur fond de tensions philosophiques. L’historienne Anne Morelli, administratrice du Mrax, reproche au président, Radouane Bouhlal, « sa défense systématique de la religion musulmane ».

La polémique est née dans la foulée de la décision du ministre fédéral des Cultes, Jo Vandeurzen (CD&V), de suspendre l’attribution de subsides à l’Exécutif musulman… Le Soir avait sollicité la réaction de Radouane Bouhlal, qui n’a jamais caché son engagement musulman. Nos éditions du 2 février relayaient sa proposition d’organiser des assises de l’islam de Belgique…

Une « prise de position » dont Anne Morelli se dit « stupéfaite » dans une lettre au directeur du Mrax rendue publique sur le blog de l’ex-élu FDF schaerbeekois Khalil Zeguendi. Anne Morelli y regrette « la confusion entre les conseils du président du Mrax “donnés à titre personnel“ et le Mrax lui-même ». « Je vous avoue, poursuit-elle, que je me sens de plus en plus détachée de ce Mouvement auquel j’ai tant donné, car je ne me sens plus concernée par ses prises de position communautaristes, sa défense systématique de la religion musulmane et ses exagérations continuelles sur une soi-disant “islamophobie“ menaçante. (…) Le Mrax apparaît à l’extérieur comme un groupement d’autodéfense utilisé par des musulmans avec quelques hommes liges extérieurs ».

Radouane Bouhlal, sans dramatiser « ces attaques personnelles non fondées », les attribue à une minorité « laïcarde qui oublie le caractère pluraliste du Mrax »

« Je vais exposer, comme prévu, notre programme d’action pour les trois ans à venir. Les administrateurs statueront en connaissance de cause ».

Ricardo Gutierrez @ Le Soir, le 23 février 2009

Publicités

Anne Morelli dénonce l’islamisation forcée du MRAX par son président

[Courriel d’Anne Morelli adresse le 15 février 2008 à Didier de Laveleye, directeur du MRAX]

Date : Fri, 15 Feb 2008 14:46:09 +0100
Objet : Prises de position du Président

Monsieur le Directeur,

Le jour de l’AG du MRAX je suis malheureusement occupée en province et ne pourrai être présente.

J’avais l’intention d’intervenir car j’ai été stupéfaite de lire dans la presse les prises de position du président à propos de l’Exécutif des musulmans.
Que le journal précise que ces prises de position se font « à titre personnel » ne change rien à l’affaire. Nous n’avons pas à intervenir dans l’organisation de l’une ou l’autre religion et la confusion s’établit automatiquement entre les conseils du président du MRAX donnés « à titre personnel » et le MRAX lui-même.
Je vous avoue que je me sens de plus en plus détachée de ce Mouvement auquel j’ai tant donné car je ne me sens plus concernée par ses prises de position communautaristes, sa défense systématique de la religion musulmane et ses exagérations continuelles d’une soi-disant « islamophobie » menaçante.
Peut-on me citer des exemples concrets d’écoles où il y a « obligation » (sic dans les chantiers) de manger du porc ? Est-il normal qu’un malade refuse d’être soigné par un médecin qu’il discrimine en fonction du sexe de ce dernier ? Doit-on soutenir une telle discrimination sexiste comme une juste revendication de respect des convictions ?
Il est faux qu’il manque de parcelles musulmanes pour enterrer les morts; selon mes informations elles sont, au contraire, trop peu demandées et restent inoccupées. Colporter l’inverse est accréditer une victimisation sans objet. Il est incongru de se plaindre que l’Islam ne soit pas encore financé au même titre que les autres religions quand on voit les scandales qui se succèdent à l’Exécutif des musulmans.
Mettre ces faux problèmes sur le même pied que les vrais actes racistes, qui existent malheureusement et sont d’une autre nature, déforce notre position. De plus en plus le MRAX apparaît à l’extérieur comme un groupement d’auto-défense utilisé par des musulmans avec quelques hommes liges extérieurs.
Je vous serais reconnaissante, Monsieur le Directeur, de faire part de ma missive en CA.

Avec mes sentiments d’attachement au MRAX ou à ce qu’il a été.

Anne Morelli
Professeure à l’ULB

Catégories :... sur son combat Étiquettes : , ,

Débat interne et nouveau président. Le Mrax change de direction

Le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (Mrax) fait peau neuve : depuis le 11 mai, Radouaine Bouhlal, 29 ans, juriste de formation (UCL), conseiller au cabinet Nollet (Ecolo) sous la précédente législature, a succédé à Thérèse Mangot à la tête du conseil d’administration. Un nouveau bureau a été désigné. Il est composé de deux vice-présidents, François De Smedt, membre du cabinet Hasquin (MR) sortant, et de Lydie Vandoorne (experte au ministère des affaires sociales), et d’une secrétaire générale, Farah Ismaïli.

De son côté, la directrice du Mrax, Carole Grandjean, a pris la décision de quitter l’organisation pour des raisons « à la fois personnelles et professionnelles ».

Ce renouvellement des instances dirigeantes du Mrax – qui emploie, à ce jour, douze équivalents temps pleins – s’est fait sur fond de débat mouvementé.

En effet, lors de la réélection du conseil d’administration au printemps dernier, plusieurs candidats extérieurs, notamment issus de l’immigration maghrébine, se sont mobilisés. Lors du vote, seuls quatre administrateurs appartenant à l’équipe sortante ont vu leur mandat prolongé.

Devant l’assemblée générale du Mrax, ce renouvellement quelque peu précipité mais totalement conforme aux statuts, a suscité de vives discussions.

Mandat a été donné à la nouvelle équipe pour élaborer une note programmatique à soumettre, dès novembre, à l’assemblée générale. Entre temps, des rumeurs persistantes ont circulé au sein du mouvement. Les uns évoquant un « putsch organisé ». Les autres une « alliance politique MR-Ecolo » voire une ligne quelque peu « communautariste ».

Le climat semble désormais apaisé. La nouvelle équipe du Mrax est désormais en place pour trois ans. Ses grandes orientations seront connues en novembre. D’ici là, sur le terrain, le travail des douze permanents se poursuit…

Hugues Dorzée @ Le Soir, le 10 septembre 2004

Catégories :... à l'interne Étiquettes :