Archive

Archive for avril 2009

Ejectez Radouane Bouhlal: c’est de salut public

@ Bruxellois, non peut-être?


Hamel Puissant m’adresse le courrier suivant au sujet de la démission de France Blanmailland, du conseil d’administration du MRAX (1)
Réponse du bureau du MRAX

Salut Khalil,

Je vois que le membre de l’équipe qui ta donner le « scoop » était mal informé ou intentionné.

Effectivement, France Blanmailland vient de démissionner du CA du MRAX (et pas du MRAX, ni de sa commission juridique, ou de son poste de représente du MRAX au CA du CIRE).

France, nous a quitté parce qu’elle est « débordé par le Conseil Supérieur de la Justice, l’ADDE, le Syndicat des Avocats pour la Démocratie, et toutes sortes d’engagements politiques, sociaux et professionnels » et donc pas du tout pour une question de religion.

Je t’informe que le MRAX travail depuis plus de 8 mois sur la rédaction d’un cahier de revendications concernant les discriminations et le racisme dans l’enseignement.

Une fois ce labeur terminé dans son groupe de travail, il a été discuté au CA. Il fut améliorer.

Nous étions tous d’accord pour la revendication d’intégrer des cours de philosophie, d’anthropologie et d’histoire des religions comparée dans l’enseignement. La division portait sur la manière de l’intégrer au cursus scolaire.

Certains, trouvaient qu’il fallait remplacer les cours de religion par ceux-ci et d’autres qu’il ne fallait pas toucher aux cours de morale non-confessionnelle et de religion.

L’AG a démocratiquement discuté de cette question. Malheureusement, un malentendu c’est glissé dans le débat.

Une majorité des membres présents à l’AG (je te signale que la majorité des plus de 400 membres du MRAX ne sont pas musulmans, ni « des obligés » du président), n’ont pas bien compris la proposition, car mal expliqué par le présentateur du document et d’autre part, pensait que le MRAX était pour la suppression des cours de morale et de religions, ce qui n’est pas le cas.

Le débat, entre nous, sur comment intégrer ces cours au cursus scolaire continu.

D’ailleurs, ce sera notre contribution aux Assises de l’interculturalité du mois prochain. Enfin, pour ton information, je peux te rassurer (alors que cela n’est même pas nécessaire) que l’écrasante majorité des membres de l’équipe, du CA et de l’AG sont laïques au sens politique du terme.

Mais effectivement, contrairement au passé, le MRAX n’est plus exclusivement composé d’athée mais que des tas de personnes, croyantes ou pas, ont rejoint le combat du MRAX contre les racismes, l’antisémitisme, la xénophobie et l’islamophobie.

Pour le bureau du MRAX, Hamel Puissant

(1) Lire le billet de Khalil Zeguendi « Bien joué Radouane »

Publicités

Bien joué Radouane

@ Bruxellois, non peut-être?

France Blanmailland quitte le Conseil d’administration du MRAX pour une question de religion

Ce qui devait arriver un jour vient d’arriver : celle qui, parmi d’autres d’ailleurs, fut traitée en son temps par Radouan Bouhlal, de membre du club des soixante huitard attardés du MRAX vient de démissionner du conseil d’administration du Mrax.

Elle rejoint ainsi Anne Morelli qui avait déclaré sur ces pages ne plus se reconnaître dans un MRAX « islamisé ».

France Blanmailland fut dernièrement l’une des membres du MRAX à avoir réussi à inscrire à l’ordre du jour du CA du MRAX, le point relatif au remplacement des cours des religions dans l’enseignement public, par un cours de l’histoire des religions.

Malgré de nombreuses tergiversations de la part de membres du CA le point fut retenu comme devant être soumis à l’approbation de l’Assemblée générale du MRAX.

Et c’est bien à ce niveau que le point destiné, unr fois voté en AG, à faire partie d’un mémorandum du MRAX aux politiques, a été recalé.

L’histoire ne dit pas comment ce point a été rejeté par l’AG du MRAX mais les vents favorables m’ont rapporté que ce fut grâce au dynamisme de certains membres influents du MRAX dont le président himself, qu’il fut refusé par une assemblée bien acquise à Radouane Bouhlal.

Il y a quelques mois, j’avais dénoncé sur ces pages les manoeuvres ayant prévalu lors de la composition de cette assemblée largement dominée par les  » obligés » de Bouhlal.

Ce qui vient de se passer démontre au grand jour que ce que Radouane veut, l’asemblée générale du MRAX largement à sa solde, le lui accorde.

En tout cas, le départ du CA de France Blanmailland – avocate de gauche spécialisée dans le droit des étrangers – diminue de plus en plus, la présence laïque au sein du MRAX et cantonne de davantage cette organisation dans un champ bien lointain de l’esprit dans lequel elle fut fondée par Yvonne Jospa et Guy Cudell.

Bien joué Radouane…

Le voile pourra être interdit à l’école

@ LeSoir.be

Le Conseil d’État a débouté le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie : il estime qu’interdire le voile islamique à l’école rencontre le principe d’égalité et de fraternité et n’est donc pas discriminatoire.

Interdire le port du foulard islamique à l’école n’est pas discriminatoire. Ce serait même tout l’inverse, estime le Conseil d’État. Le 17 mars dernier, sa XIe chambre a ainsi rejeté la requête introduite, en octobre 2005, par le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (Mrax), qui demandait l’annulation du règlement d’ordre intérieur (ROI) interdisant dans deux athénées du Hainaut (Vauban et Gilly) le port de « tout couvre-chef, de signe ostensible d’appartenance politique ou religieuse » dans l’enceinte de l’établissement.

Le Mrax estimait que ce ROI, modifié à la veille de la rentrée scolaire et approuvé par la ministre de l’enseignement de l’époque (Marie Arena, PS), était porteur de discriminations directes (il portait atteinte aux droits fondamentaux des élèves musulmans) et indirectes (derrière le terme « couvre-chef », c’était le seul foulard islamique qui était visé).

Le Mrax avait donc décidé d’attaquer le gouvernement de la Communauté française (PS-CDH) devant le Conseil d’État. Qui vient de rejeter cette requête jugée « irrecevable », en condamnant le Mrax à payer les frais judiciaires (deux fois 175 euros).

Pour la haute juridiction, le règlement interdisant le foulard dans ces deux athénées est « loin de porter atteinte à l’objet social de la requérante » (le Mrax, donc). Au contraire : « Elle a pour effet de le rencontrer et de le conforter. »

L’objet social du Mrax ? C’est notamment la lutte contre le racisme et toutes formes de discriminations (basée sur la race, la nationalité, la langue, etc.). C’est aussi de « faire triompher l’amitié et la paix entre les peuples et promouvoir l’égalité et la fraternité entre les êtres humains ». Donc, pour le Conseil d’État, en interdisant le voile, les écoles rencontrent et renforcent le principe d’égalité et de fraternité…

« Cette décision est idéologique, orientée et antidémocratique, réagit vigoureusement le président du Mrax, Radouane Bouhlal. Le Conseil d’État prend une position de fond, mais ne permet pas de débat contradictoire. »

Du côté du ministre de l’Enseignement, Christian Dupont (PS), « on ne souhaite pas commenter une décision de justice ». Le cabinet restant sur la ligne adoptée depuis le début de la législature : « On fait confiance aux pouvoirs organisateurs pour prendre les règlements qu’ils jugent bons en fonction de la réalité locale et du projet d’établissement. » Aujourd’hui, en Communauté française, une grande majorité des écoles officielles interdisent le foulard islamique (lire ci-dessous) en invoquant des motifs divers : principe de neutralité, risque de prosélytisme, organisation et sécurité, etc. Ces interdictions sont peu ou mal motivées. Et, pour bon nombre d’élèves musulmanes voilées, trouver une école publique qui les accepte relève du casse-tête…

Pétition, actions en référé, mobilisation de parents… Ces dernières années, quelques cas d’école ont été très médiatisés (Vauban, Gilly, Bruxelles…). Relançant à chaque fois le débat entre laïques radicaux (désireux d’une loi d’interdiction pure et dure, comme en France) et les défenseurs d’une école davantage ouverte.

Pour Radouane Bouhlal, président du Mrax, « il y a une chape de plomb sur ce dossier. Ni le ministre compétent, ni le parlement, ni les tribunaux ne veulent d’un débat serein sur cette question. Et dans les faits, il y a depuis 2004 une loi anti-foulard qui cache son nom en Belgique ! »

Quoi qu’il en soit, le Mrax envisage de porter le dossier devant la Cour européenne des droits de l’homme, voire du Comité des droits de l’homme de l’ONU. Son conseil d’administration prendra position lors d’une réunion fixée le 22 avril.

Hughes Dorzée